Un projet collectif

La Manufacture
Collectif contemporain à Avignon

Oxygène, le projet à l’année

Depuis 2001, La Manufacture essaime une approche différenciée de la culture en périphérie pour les artistes. Nous sommes une structure indépendante avec le statut juridique d’association loi 1901.

Notre projet vise à faire émerger des gouvernances nouvelles, de nouveaux chemins de création, inclusifs et participatifs, singuliers et contemporains, hybrides, performatifs, dont certains sont présentés dans le cadre du Festival International de La Manufacture, en juillet chaque été, permettant une visibilité publique, professionnelle et médiatique importante, et surtout une diffusion large.

Nous travaillons sur les disciplines des arts vivants, des arts visuels, de la performance mais aussi du patrimoine urbain, rural et industriel du territoire.
Ce travail se développe principalement dans les quartiers de la périphérie nord est d’Avignon, un des territoires les plus pauvres de France en revenu par habitant, dans le contexte de la coexistence avec un des évènements culturels saisonniers majeurs en Europe.

Ce territoire est le centre d’un des plus importants programmes de rénovation urbaine de l’État (NPRU – Nouveau Programme de Rénovation Urbaine, piloté par l’ANRU – Agence Nationale de Rénovation Urbaine) pour la période 2020-2030. D’un montant de 300 millions d’euros, il concerne la réhabilitation de 1.400 logements et touchera 25.000 habitants.

Le projet à l’année est géré par une équipe soudée : Pascal Keiser, Julie Charrier, Jefel Goudjil (Maries annexes de Saint Chamand et Rocade-Sud), Marie Albert (projets européens) rejoints courant 2021 par Frédéric Poty et Pierre Holemans.

Le travail sur les sites mémoriels

Le projet à l’année, issu de l’expérience des membres de l’équipe dans ces approches, s’inscrit volontairement dans une démarche simplifiée : pas de manifeste ni de lieu physique ostentatoire mais des bureaux partagés avec d’autres associations au pied d’une barre HLM à Saint Chamand, l’inclusion des habitants, du conseil de quartier dans la gouvernance du projet, le développement de projets inclusifs et participatifs en site spécifique dans des lieux mémoriels liés à l’identité collective, permettant de (re)développer un récit commun.

Les sites mémoriels sur lesquels nous travaillons sont notamment ceux liés à l’urbanisation en périphérie des années 1950 à 1970 du nord est d’Avignon, le site mémoriel du Camp des Milles, l’ancienne base de tir de missiles nucléaires d’attaque sur le plateau d’Albion, les sites liés à la mémoire de l’industrialisation du territoire comme le sentier et le conservatoire des Ocres à Roussillon.

Une stratégie de montée en compétence des publics

Depuis 2005 et le travail avec les stagiaires d’un ESAT-CAT, puis de 2008 à 2012 avec la création de sessions de formations aux outils numériques et de développement de l’esprit critique avec les jeunes du centre social de Saint Chamand, nous avons développé des stratégies utilisant les projets artistiques comme levier d’insertion sociale, de montée en compétence des publics.

Ce programme se poursuit aujourd’hui dans notre inscription dans le réseau national “Classe Départ“, un programme de réemployabilité sociale par un cycle de formations artistiques, une franchise sociale innovante pilotée par l’Envol à Arras, avec la Fondation la France s’engage et la Fondation France Avenir. Ces projets s’inscrivent dans une approche d’utilisation de l’art comme outil de transformation sociale.

Un maillage local, national et européen

Nous développons une stratégie de maillage européen, national et local dans nos projets, notamment par le biais du programme Europe Créative de la Commission Européenne, qui nous permet une mise en réseau avec 8 autres acteurs culturels européens importants oeuvrant également dans des situations de périphérie, ou par le réseau IETM, le principal réseau européen des professionnels de la création contemporaine.

À l’échelle nationale, nous nous inscrivons dans le réseau « Classe Départ » de l’Envol.
À niveau local, La Manufacture est lauréate de plusieurs projets politique de la ville et du Ministère de la Culture (DRAC Sud/PACA).

Le projet à l’année est construit sur des financements distincts de ceux du Festival.

Partenaires

  • Les artistes
  • Les habitants et les comités de quartier de la périphérie Nord-Est d’Avignon, les centres sociaux de Saint Chamand, de la Barbière, de la Croix des Oiseaux
  • La Commission Européenne, Europe Créative
  • L’État, via : Ministère de la Culture, DRAC Sud-PAC / La Préfecture de Vaucluse
  • Région Sud-PACA
  • Mairie d’Avignon, Mairie de quartier de Saint Chamand
  • La politique de la ville du Grand Avignon : Préfecture de Vaucluse, Région Sud/PACA, Département de Vaucluse, Grand Avignon, Ville d’Avignon, ANRU, ARS, les bailleurs sociaux
  • Le Réseau national Classe Départ, avec des centres situés à Arras, Béthune, dans les Yvelines et à Toulouse
  • Les Cités de l’emploi : Mission locale jeunes du Grand Avignon, Insercall, l’École de la deuxième chance

Le Festival International

Le sens de notre démarche

L’exploitation de La Manufacture lors du Festival se positionne depuis 2001 comme une alternative au mode opératoire général du Festival Off. Elle tient compte de la situation du territoire, de la difficulté d’intégrer les habitants des zones périphériques au Festival, des problématiques liées à la saisonnalité festivalière. Elle propose pendant le Festival un cadre éthique, durable, inclusif qui laisse une empreinte positive, une valeur ajoutée significative pendant l’année et durant le Festival sur le territoire et ses habitants au niveau humain, économique, social et culturel.

Les projets artistiques au centre

Nous avons toujours placé les projets contemporains portés par les artistes au centre de notre démarche et avons développé l’outil La Manufacture en conséquence. Cela nous a amenés dès 2005 à associer une démarche de création de lieu en périphérie, en y associant les publics, au développement significatif de la technicité de nos salles et de leur modularité afin de répondre à l’évolution formelle des demandes et des formats des créateurs contemporains, et aux exigences d’un festival international présentant 7 à 8 spectacles par salle et par jour. Aujourd’hui l’outil Manufacture se compose d’une salle de poche en intramuros (plateau 7×8 m), et de deux grands plateaux modulables et flexibles, le Chateau (plateau 10×15 m) et la Patinoire de Saint Chamand (plateau .14×14 m).

En complément, nous avons développé suite aux demandes des artistes une stratégie de lieux satellites en intérieur ou en site spécifique pour des projets singuliers, hybrides, souvent pour jauges réduites, dont nous avons assuré et assumé la programmation dans le cadre du Festival, et facilité la diffusion nationale et internationale.

Les paramètres que nous considérons comme importants pour accompagner les créations contemporaines actuelles sont notamment (Chateau et Patinoire) un équipement technique de type plateau CDN ou scène nationale, des plateaux de grande dimension et de plain-pied permettant un rapport de vision contemporain, un stockage décors de plain-pied permettant de réduire les temps de montage/démontage, une salle de chauffe/répétitions, un temps de 40 minutes entre spectacles permettant des changement apaisés, la possibilité de travailler en bi-tri ou quadri frontal, une équipe technique et RH importante (28 personnes en exploitation, dont 8 techniciens en suivi des régies compagnies).

Nous y associons un engagement d’équité territoriale en salariant en CDD 4 jeunes issus des quartiers politique de la ville dans notre équipe de 28 salariés durant le Festival, avec des fonctions à responsabilité.

La gouvernance

La programmation du Festival International à La Manufacture est depuis 2008 réalisée dans une approche collective. De 2008 à 2012, un collectif d’artistes associé à l’équipe l’a réalisée, elle est depuis gérée par un collectif resserré de 5 personnes autour de Pascal Keiser, le fondateur de La Manufacture : Emilie Audren, Agathe Jeanneau, Mael Le Goff et Pierre Holemans, ce dernier s’orientant vers des projets internationaux nouveaux en 2021.

Le modèle économique

Le Festival International à La Manufacture présentait en 2019 plus 35 projets issus de 11 pays, près de 700 représentations sur 3 sites principaux (intramuros, Château de Saint Chamand, Patinoire de Saint Chamand) et 5 sites satellites. Nous avons accueilli 35.000 spectateurs dont 15.000 entrées professionnelles.

Le contexte général du Festival Off et spécifique de La Manufacture rend tout équilibre financier de l’exploitation fondé sur les recettes billetterie impossible : faible tarif des places (12 € avec carte Off, alors que le même spectacle sera vu à Paris autour de 30 €), niveau élevé d’entrées professionnelles amènent des rentrées de billetterie totales de l’ordre de 250 à 300 k€ pour des lieux en ordre de marche nécessitant suivant nos critères qualitatifs un budget de 450 k€.
C’est la raison pour laquelle nous travaillons sur une base de location, la seule envisageable dans notre cadre de fonctionnement.

Un mode de fonctionnement en co-réalisation amènerait à une réduction drastique de la qualité des équipements et des ressources humaines mises à disposition des compagnies.

Nous nous positionnons dans le registre du service public, les membres de notre équipe y travaillant à l’année. Nous programmons des artistes dont les compagnies sont subventionnées par les pouvoirs publics pour leur venue à Avignon, la prise en charge de notre location est assumée indirectement par les pouvoirs publics.

Inscription Newsletter

Catégorie