Espace 40

Espace 40

L’Espace 40 est “l’autre lieu” de la Manufacture. Librairie/Rencontres/UNPLUGGED

Du 8 au 26 juillet 2012

Ouvert de 11h00 à 18h00 • relâche le 17 juillet

Un lieu dédié aux auteurs…

L’ESPACE40 / MANUFACTURE (40, rue Thiers) vous invite à découvrir des textes de théâtre publiés par des éditeurs belges ou en lien avec la programmation de la Manufacture, des Doms et, pour les auteurs belges, de tous les autres lieux de programmation. Nombreuses revues et autres publications liées aux festivals IN et OFF. Du 8 au 26 juillet à 11h00 et 16h30

L’ESPACE 40 propose ses RENCONTRES/LECTURES avec des auteurs ou des compagnies qui les valorisent, et présentation de nouveaux projets de création éventuellement en recherche de coproducteurs. Une organisation de La Manufacture et de Prothédis avec la complicité d’EMILE&CIE et le soutien de WBI et du CWB à Paris.Devenu incontournable pendant le temps du festival, l’Espace 40 est devenu un lieu de rencontre et de lecture, qui permet de découvrir, en petit comité, des extraits de textes lus par leurs auteurs ou de nouveaux projets de création présentés par des compagnies ou artistes associés.

Lundi 9 juillet 16h : [Lecture] Les visages de Franck – Charles Eric Petit
Mardi 10 juillet 11h 30 : [Rencontre] autour du Théâtre catalan – Institut Ramon Llull
14h : [Lecture] La Lumière d’Hérode – Luc Devreese /  Cie de la Casquette
Mercredi 11 juillet 11h 30 : [Lecture] Extraits de l’œuvre du poète Gherasim Luca – Eric Domeneghetty (en écho au spectacle Babil donné aux Hivernales du 11 au 14/07) 16h : [Lecture] Les boues rouges – Anne Pascale PATRIS
Jeudi 12 juillet 11h 30 : [Projet] Transit(s) – Léonore Confino  / Création courant 2013 – présence de l’auteure et de la metteur en scène Catherine Schaub
16h : [Lecture] Jour blanc – Caroline Logiou
Vendredi 13 juillet 11h 30 : [Rencontre/lecture] Un doux reniement et de La conférence – Christophe Pellet
16h :  [Lecture] MMM – Bagheera Poulin
Samedi 14 juillet 11h 30 : [Projet] Terre – Eve Bonfanti et Yves Hunstad de la Cie La Fabrique Imaginaire
16h :  [Projet] T(h)RACES – Angèle Lemort
Dimanche 15 juillet 11h 30 : [Présentation] Théâtre des Doms, 2011<2011: le voyage d’une décennie – Philippe Grombeer et Isabelle Gachet
16h : [Lecture] Garden Scène – Lucie Depauw
Lundi 16 juillet 11h15 : [Projet] Kok batay / Création Mai 2013 (Ile de la Réunion) – Sergio Grondin
16h : [Lecture] Les larmes de Clytemnestre
Mardi 17 juillet : Relâche
Mercredi 18 juillet 11h 30 : [Lecture]  Les yeux plissés de François Chanal (présence de l’auteur) – Cie Cœur d’Art & Co
16 h : [Lecture] L’émir à Damas de Kebir Ammi – Interprétation Karim Tayeb
Jeudi 19 juillet 11h15 : [Projet] Ligne de mire d’Achille Grimaud / Création automne 2013
16 h : [Lecture] LOVE (spectacle en cours de création) – Jeannine Gretler de la Cie Orange sanguine
Vendredi 20 juillet 11h 30 : [Lecture] Lituanie first Portrait (Melkior Théâtre / La gare mondiale)
16 h : [Lecture]  Dans le rêve d’un gros géant ( titre provisoire) D’après Kant de Jon Fosse – Didier Poiteaux
Samedi 21 juillet 11h15 : [Projet] Les Autres de François Lavallée / Création Octobre 2012 (Québec) 
16h :  [Lecture] Ka ninda, l’écho et Histoire d’un vaurien – Marc Tamet
Dimanche 22 juillet 11h 30 : [Rencontre] Une auteure, un acteur Comment être à l’initiative de projets théâtraux? – Pauline Sales et Vincent Garanger, codirecteurs du Préau CDR de Basse-Normandie
16 h : [Projet] La Résistante –  Pietro Pizzuti – Cie Les Planches et Les Nuages
Lundi 23 juillet 11h 30 : [Lecture] Gourou Coucou – Pierre Mathues  16 h : [Lecture] La femme vautourFélicie Artaud
Mardi 24 juillet 11h 30 : [Lecture] Debout !Cie La tête à l’envers
16h : [Lecture] Bonjour monsieur – Dominique Pompougnac
Mercredi 26 juillet  11h30 : [Lecture]  La tombe sacrée – Faustin Raysac Keoua Leturmy

:::::::::::::UNPLUGGED/Espace40::::::::::::::::::::::

Une autre résonance autour de textes proposés « en acoustique »…

:::::::::::::Les UNPLUGGED du T.O.C.:::::::::::::::::

Pour un théâtre sériel (Gertrude Stein), graphique (Kurt Schwitters),littéral (Elfriede Jelinek), de montage (William S. Burroughs).

les 10 et 11 juillet 2012 – 21h30 et 23h00 – Durée totale des deux propositions 40’

Cut up de Williams S. Burroughs et Brion Gysin, avec Etienne Parc. Les CUT UPS sont pour tous. N’importe qui peut faire des cutups. C’est une méthode expérimentale dans le sens où elle est une praxis. N’attendez plus pour écrire. Nul besoin d’en parler ou d’en discuter. Découpez les mots et voyez comment ils tombent. Shakespeare, Rimbaud vivent dans leurs mots.Coupez les lignes-mots et vous entendrez leurs voix.William S. Burroughs
Cut up de William Burroughs in Oeuvre croisée , Paris, Flammarion, « Connection »

Le Théâtre Merz de Kurt Schwitters, avec Matthias Girbig

Disposez des surfaces géantes, saisissez-les jusqu’à l’infini voulu,habillez-les de couleurs, déplacez-les dangereusement et détruisez leur virginale pudeur. Faussez et forcez des éléments finis et fondez à l’infini d’autres trouées de néant. Recouvrir de colle les surfaces vierges. Câblez mouvement aux lignes, vrai mouvement monte vrai fil de grillage. Lignes flamboyantes, lignes rampantes, lignes nappantes, traversées.Kurt Schwitters
Le Théâtre Merz de Kurt Schwitters, Éditions Gérard Lebovici

les 12 et 13 juillet- 21h30 et 23h00- Durée totale des deux propositions 40’ • 2012

Je voudrais être légère d’Elfriede Jelinek, avec Mirabelle Rousseau

Je ne veux pas jouer, je ne veux pas non plus regarder les autres jouer. Je ne veux pas pousser les autres à jouer. Les gens ne peuvent pas dire quelque chose et faire comme s’ils vivaient. (…) Je ne veux pas insuffler la vie à des étrangers devant les spectateurs. Je ne sais pas mais je ne veux pas de ce parfum sacré du divin, de cet éveil à la vie. Je ne veux pas de théâtre. Elfriede Jelinek – Je voudrais être légère d’Elfriede Jelinek, Edition L’Arche

La composition come explication de GertrudeStein, avec Estelle Lesage.

Commencer recommencer sans cesse expliquer le temps et la composition sont des choses naturelles. Il est à présent acquis que tout est semblable sauf la composition et le temps de la composition et le temps dans la composition. Tout est semblable sauf la composition et comme la composition est différente et le sera toujours tout n’est pas semblable. Tout n’est pas semblable puisque le temps ou la composition et le temps dans la composition sont différents. La composition est différente, cela est certain. Gertrude Stein
La composition comme explication de Gertrude Stein,C’est notre traduction mais le texte est édité en Poche chez Christian Bourgois

::::::::::::::::::Les UNPLUGGED d’Audience (Bruxelles)::::::::::::::::::::::

Du 14 au 22 juillet à 18h15 • Prix : 7€/5€

La mort du cochon d’Isabelle Wéry Durée 0h50’ • relâche le 17 juillet

« On connaissait les vertus poétiques de la campagne, de ses ondes claires et de ses oiseaux gazouillants. En un solo percutant, à la langue verdoyante, l’actrice Isabelle Wéry nous prouve que l’on peut faire la cour à la ferme. Avec «La mort du cochon», les élans de l’âme naissent aussi du purin, du boudin et de la fricassée. Loufoque, imaginatif et nutritif!

Mise en scène et jeu : Isabelle Wéry/ Regard extérieur : Marc Doutrepont/ Peinture : Marcel Berlanger

Du 14 au 20 juillet à 19h30

Les minutes de Philippe Blasband – 1h20 • relâche le 17 juillet

« C’est un procès, un procès que les juifs firent à Dieu, dans les camps, pendant la deuxième mondiale. Ce procès eut-il vraiment lieu ? Etait-ce une légende ? Dieu fut-il condamné ? » Mise en scène Philippe Blasband avec Benoit Verhaert et Aylin Yay

Du 14 au 20 juillet à 21h30

Café l’Espérance de Philippe Blasband – 45min • relâche le 17 juillet

« Tous les matins, il va au café l’Espérance et il boit deux bières. Tous les matins, il parle à une femme, mais dès qu’il sort du café, il oublie cette femme. Cette femme est peut-être la femme de sa vie. Cette femme est peut-être un fantôme ? »Mise en scène : Philippe Blasband avec Valérie Bauchau et Thierry Hellin

Du 21 au 22 juillet à 18h15

Du coq à Lasne de et avec Laurence Vielle accompagnée par Vincent Granger aux clarinettes • texte édité chez Maelström éditions, bookleg 88-  1h15

Un voyage intime du Coq à Lasne, dans la mémoire perdue d’une famille belge. « Je ne sais pas pourquoi j’ai marché du Coq à Lasne…Peut-être pour apprendre qu’en Flandre, pour passer d’une chose à l’autre, pour sauter du coq à l’âne, ils disent « du talon à la branche », « van de hak tot de tak », ils sautent vers le ciel. Alors que nous, « sauter du coq à lasne », c’est plutôt horizontal non ? un mouvement parallèle à la terre… une traversée… un passage. » Ecriture et jeu : Laurence Vielle – Regard extérieur à l’écriture et à la mise en scène : Pietro Pizzuti avec Laurence Vielle.

:::::::::::::::::::::::Les UNPLUGGED du Préau CDR:::::::::::::::::::::::::

Les 22 et 23 juillet à 21h30 – Durée totale des deux propositions : 1h

ISRAËL-PALESTINE, PORTRAITS de Pauline Sales

Pauline Sales a écrit ce texte constitué de neuf portraits à la suite d’un voyage en Israël et dans les territoires occupés. En voici deux, Paris porté par Hélène Viviès : une jeune palestinienne débarque à Paris en tant que jeune fille au pair. Anjuna porté par Anthony Poupard : après trois ans de servicemilitaire obligatoire, un jeune israélien prend une année sabbatique à Goa. Qu’est-ce qu’un portrait ? Une part de réalité. Quelle que soit la forme qu’on lui donne, il reste une partie infime de l’ensemble. En peinture, en prose, au théâtre. Pourtant, même si le portraitreste incomplet, il cerne et libère quelque chose.

Septembre, Paris par Hélène Viviès

« On se voit pour la première fois, dans un café à l’aéroport, un café que vous allez payer. Vous dites que vous vous occuperezde moi, que c’est bien tout à fait ce dont vous avez besoin, quelqu’un comme moi, quelqu’un de confiance, qui s’occupera de votre enfant et que vous aiderez en retour, à se loger, àprogresser en français, quelqu’un qui trouverait dans votre maison un foyer, un havre,… »

Avril, Anjuna par Anthony Poupard

« Adiva ne veut pas que je parle. Elle dit, nos histoires ne regardent que nous. Okay ? Quand je parle aux étrangers, elle se débrouille pour que je la suive. Israël est notre pays. Ce qui s’y passe nous concerne. Profite de ton année sabba. Adiva est toujours belle, là le tissu mauve noué sur ses hanches, ses cheveux ondulés qui inondent son visage, l’huile de noix de coco comme une aura entêtante et à Hébron, en uniforme, le M16 en main. »

http://espace40.blogs

2010-06-25T11:48:27+00:0025 June 2010|Uncategorised|