De Mauthausen, Festival der regionen au Camp des Milles


Lorsque j’ai pu assister à la création du spectacle « The Kindly Ones » au Festival der Regionen en Autriche, j’ai tout d’abord été marqué par la rencontre réussie entre différentes disciplines : théâtre, performance, musique par le claviériste d’un groupe culte américano-belge des années 90 Tuxedomoon, opératique par la présence d’un choeur, sur le sujet de la montée des extrêmes droites en Europe. Sans qu’un nom de parti ni qu’un nom d’homme ou de femme politique ne soit cité, le spectacle convoque l’amnésie de l’Europe vis-à-vis de l’extrême droite sur un site mémoriel des exactions nazies avec une puissance que j’ai rarement ressentie dans un projet théâtral. Le fait d’avoir obtenu les autorisations pour jouer dans cet endroit, sur le site mémoriel du camp de concentration de Mauthausen, au coucher du soleil, rendait la charge émotionnelle de la proposition particulièrement forte.

En redescendant cette route qui mène au camp de Mauthausen après le spectacle, il m’est apparu évident de confirmer que nous devions le monter en France, comme nous en avions évoqué le principe avec le directeur du Festival der Regionen, mon ami Airan Berg. Il m’est aussi apparu évident que le projet devait se faire au Camp des Milles. J’avais lu l’histoire du Camp des Milles, site mémoriel victime d’amnésie, ou de myopie, sauvé de la destruction par plusieurs visionnaires, dont Alain Chouraqui. Il ne s’agit pas ici d’un camp géré par les nazis, mais bien d’un camp géré par les autorités françaises, avant et après Vichy, et pas d’un camp de concentration mais d’internement.

La Manufacture est un outil de diffusion très important à l’échelle nationale. Il m’est apparu que peu de programmateurs français (nous en accueillons 3.000 chaque été lors du Festival à La Manufacture) connaissent le Camp des Milles, dont la création du site mémoriel est récente. Développer un projet au coeur du festival Off d’Avignon autour du Camp des Milles faisait pour moi sens : il s’agit de donner de la visibilité à l’histoire et la réalité de ce camp, qui a la particularité d’avoir vu transiter un nombre très important d’artistes, certains de rénommée mondiale, qui y ont écrit, joué, peint, dessiné. Cette démarche s’inscrit par ailleurs dans une région où l’extrême droite est très présente.

Le développement et l’adaptation du projet au Camp des Milles doit suivre un travail de réécriture et d’adaptation afin de le franciser d’une part, et d’y intégrer des contenus de prisonniers du Camp des Milles se substituant en grande partie à ceux de Mauthausen. Mais il restera des textes de Mauthausen, créant une chaîne entre oeuvres de prisonniers de différents camps et sites mémoriels européens. A Mauthausen, une comédienne autrichienne lisait la traduction des textes grecs ou anglais, nous envisageons le même dispositif, qui fonctionnait très bien, pour le Camp des Milles.

A partir des coproducteurs autrichiens qui ont porté la création du spectacle, et donc la partie la plus importante de la production, nous avons créé une chaîne de partenaires français qui ont répondu avec enthousiasme à la dynamique et au sens de ce projet :

  • La Chartreuse, Centre National des Ecritures du Spectacle, qui accompagne Elli Papakonstantinou lors de sa résidence de réécriture du texte et d’intégration des oeuvres des prisonniers des Milles, avec les équipes scientifiques du Camp des Milles ;
  • Le Camp des Milles, qui met à disposition ses archives de prisonniers, son équipe scientifique et pédagogique, sa salle de spectacle et son personnel technique et d’accueil
  • La DRAC PACA et la région Sud/PACA qui sont enthousiastes sur le projet, la mise en valeur particulière du Camp des Milles sur le public du Festival Off d’Avignon dans le cadre de La Manufacture
  • La LICRA qui accompagnera la communication du projet et surtout organisera un grand débat à Avignon lors du Festival
Et au niveau européen et international :
  • Le Ministère grec de la Culture
  • La Commission Européenne via la projet Europe Créative Centriphery porté par le Festival Der Regionen et La Manufacture
  • Les sites mémoriels de Auschwitz/Birkenau et de Belzec (Pologne)
  • Enfin l’UNESCO a labellisé le projet dans le cadre de son soutien aux sites mémoriels de la seconde guerre mondiale

Pascal Keiser, mars 2020