Chargement Spectacles

← Retour à Spectacles

Shonen – Eric Minh Cuong Castaing

La compagnie Shonen est née en 2007 sous l’impulsion d’Eric Minh Cuong Castaing, chorégraphe et artiste visuel. Conformément à la mission d’artiste associé du chorégraphe au sein du Ballet National de Marseille (2016-2019), cette dernière est implantée à Marseille depuis trois ans. Depuis sa fondation, la structure a porté une douzaine de créations chorégraphiques transdisciplinaires – spectacles, performances, films, installations – mettant en relation la danse et les nouvelles technologies dans le cadre de process qualifiés de « In situ in socius ». Ses créations sont présentées aussi bien dans le champ du spectacle vivant que des arts visuels.

Danse & nouvelles technologies

Les nouvelles technologies sont envisagées, dans une perspective critique, en tant que nouvelles structures de perception. Il s’agit ainsi de proposer des dispositifs, scéniques ou autres, renouvelant la relation des corps
 entre eux et avec leur environnement, notamment dans des rapports d’interdépendance ou de coprésence (par exemple, par la mise en place d’un Live streaming vidéo entre des danseurs sur scène interagissant avec des danseurs palestiniens à Gaza – spectacle Phoenix, création 2018 –).

Corps pluriels

Shonen explore les corps (aussi bien professionnels qu’amateurs, empêchés ou dits « hors-normes ») et la danse dans leur diversité. La danse est ainsi envisagée comme un ensemble de technicités – académiques, urbaines, folkloriques – liées à la culture des corps en présence ou déterritorialisées (par exemple, via l’adaptation de techniques de visualisation du būto japonais avec les enfants atteints de troubles moteurs de L’Âge d’or – création 2018 –). Le mouvement, enfin, est aussi bien humain que non humain (utilisation de drones ou de robots humanoïdes).

Une pratique In situ In Socius

Au-delà de la réalisation d’une oeuvre finale, mes projets s’inscrivent systématiquement au coeur d’une réalité sociale, selon une démarche que je qualifie de « In situ in socius ». Il s’agit d’opérer des processus artistiques en partenariat pour créer des liens concrets et vivaces, à travers les personnes associées, entre des institutions publiques ou spécialisées (laboratoires de recherches, écoles, hôpital, ONG…) et le monde de l’art. L’activité de la compagnie engendre ainsi des projets collaboratifs, associant régulièrement des créateurs émergents de la scène des arts vivants (Alessandro Sciarroni, Silvia Costa…) ou plasticienne (la sculptrice Anna Tomaszewski, la réa- lisatrice Mathilde Suppe…) ainsi que des chercheurs et techniciens (roboticiens, pilotes de drones, DJ, vidéastes…).

Aucun résultat trouvé.