Classe départ — Réemployabilité par la culture


L’art comme outil de transformation sociale, une franchise sociale de l’Envol 

Dans son histoire depuis 2001, La Manufacture s’est impliquée dans plusieurs projets de développement de compétences des publics notamment à Saint-Chamand : ESAT-CAT Cécilia 84 de 2005 à 2008, web TV critique et formation professionnelles aux médias web de 2008 à 2011.

Aujourd’hui, nous nous associons à L’Envol, structure initiée par Bruno Lajara, un compagnon de La Manufacture qui s’est produit à plusieurs reprises à Saint-Chamand pendant le festival. Bruno a créé deux écoles fantastiques, innovantes, à Arras et Béthune où il développe des formations artistiques pour accompagner un groupe de 12 à 14 jeunes en décrochage, invisibles comme on les appelle parfois aujourd’hui, pendant 7 mois.
Les résultats sont impressionnants : plus de 80% de taux de réinsertion au niveau sociétal et employabilité.
Ce projet est lauréat de plusieurs fondations nationales, notamment La France s’engage et France active, pour essaimer nationalement.

Il s’agit d’un engagement de La Manufacture, mais aussi de ses équipes et des artistes autour de ce projet.
Il répond à plusieurs défis de notre société actuelle et de la culture en France et en Europe aujourd’hui : inclusion sociale, empathie sont les axes principaux de la programmation culturelle européenne à venir.
Le terme transformation sociale souligne la stratégie active du projet : il s’agit de réinsérer par la culture, de donner de la réemployabilité par la culture. Pas de faire de l’innovation sociale ou de la médiation culturelle.
En ce sens, le projet questionne le rôle de la structure culturelle et des artistes dans la cité et propose de nouvelles pistes laboratoires.

La Classe Départ d’Avignon tiendra un rôle particulier dans le réseau de franchise sociale qui se développe car dès 2022, les projets de sortie des différentes classes départ du réseau national seront présentées à La Manufacture pendant le Festival avec une motivation énorme pour les stagiaires, avec échanges de bonnes pratiques et développement de visibilité sur la démarche et ses enjeux auprès du réseau de professionnels de La Manufacture.

Ce projet est lauréat à Avignon de l’appel à projet politique de la ville 2021 porté par l’Etat, le Grand Avignon, la Ville d’Avignon, les bailleurs sociaux et l’ANRU notamment.


Le principe de la Classe Départ

Durant sept mois, une douzaine de jeunes adultes (entre 17 et 25 ans environ), sont accueillis dans le cadre d’un contrat de volontaire en service civique dans le projet Classe Départ. Ces jeunes, appelés « voyageurs » doivent, pour intégrer le dispositif, n’être ni en emploi, ni en études et doivent avoir un profil de « décrocheur » : pas ou peu diplômé, pas ou très peu qualifié, sans perspective de formation ou d’emploi. Durant sept mois, ils ont pour mission de mener des actions de médiation culturelle à destination de tous les habitants du territoire où le projet est implanté, mais en particulier les publics éloignés de la culture, tout en travaillant à définir leur propre projet personnel et professionnel.

Le temps de présence des voyageurs dans Classe Départ est organisé autour de 3 axes :

  • Enseignements artistiques : chant, danse, théâtre, écriture – la pratique artistique, en ce qu’elle conjugue le plaisir et l’exigence, l’émotion et la rigueur, amène les voyageurs à un développement tant personnel que professionnel : confiance en soi, dynamisme, travail en groupe, organisation, satisfaction personnelle, acceptation de soi-même et des autres, responsabilisation individuelle et collective…
  • Citoyenneté / Civisme : Les enseignements artistiques sont mis à profit de projets citoyens qui ponctuent les 7 mois de Classe Départ – la promotion de Classe Départ est régulièrement mobilisée pour mener des activités culturelles auprès de publics « éloignés de la Culture » : quartiers défavorisés, personnes âgées, personnes en situation de handicap, réfugiés, etc.
  • Définition du projet d’avenir : Des ateliers d’écriture menés par des artistes, au sein desquels les voyageurs sont invités à une réflexion sur leur parcours passé et futur permettent de préparer les échanges avec des professionnels de l’insertion qui formaliseront le projet de chacun à l’issue de Classe Départ.

Sept mois de Classe Départ

Ils permettent à chaque voyageur :

  • de s’épanouir dans la pratique des arts et de faire partager son travail, ponctuellement, de s’impliquer dans un projet collectif.
  • d’être sensibilisé à des sujets sociaux majeurs (insertion professionnelle, santé, logement, écologie, vivre-ensemble, civisme et citoyenneté)
  • d’apporter des temps de médiation culturelle et d’échanges, enrichissant pour les habitants du quartier où ClasseDépart est implantée
  • de retrouver l’estime de soi, d’échanger avec des personnes aux profils divers, de parvenir, au sein du collectif, à être accepté et à s’accomplir personnellement
  • de définir un projet de vie, tant d’un point de vue personnel que professionnel, en se nourrissant des enseignements et des échanges vécus durant sept mois

L’issue du projet prend la forme, durant le dernier mois du service civique, d’une création, généralement un spectacle, et qui est présenté dans un établissement culturel reconnu, dans des conditions de travail similaire à celles d’artistes professionnels : l’Art-Réalisation. L’Art-Réalisation est inspirée directement ou indirectement des parcours des voyageurs. Cette dernière étape a pour objectif, d’une part, de porter la parole de cette jeunesse en situation d’exclusion et d’isolement et donc, souvent invisible et de la rendre audible et visible du plus grand nombre, d’autre part, de pousser chaque jeune accueilli à se dépasser en participant à la création d’une oeuvre d’art collective – expérience socle pour prendre un nouveau départ dans son parcours de vie.


Objectifs du projet et impact

> Aider 12 à 14 jeunes en situation de décrochage – Jeunes de 18 à 25 ans, ni en emploi, ni en études et sans projet professionnel – à définir leurs projets personnels et professionnel individuels, dans le cadre d’un projet vécu en groupe.
> À travers une pratique artistique, redonner à ce groupe de 12 à 14 jeunes une forme d’estime personnel et l’envie de refaire société, de développer des compétences comportementales et citoyennes une conscience sociétale, d’abord dans un groupe restreint, puis à une échelle plus large.
> Travailler, avec nos 12 à 14 bénéficiaires, à des projets de médiation culturelle à destination des habitants axés sur le dialogue intergénérationnel, la rencontre de l’autre, la cohésion sociale.
> Sensibilisation, tant de nos bénéficiaires directs que de nos publics à des thématiques sociétales forte : égalité H/F, respect de l’altérité dans toutes ses formes, éducation à l’écologie et l’environnement, prévention des conduites à risque d’un point de vue sanitaire, réflexion sur le cadre de vie, éducation à la santé, sensibilisation au civisme…
> Soutenir le travail des associations et institutions publiques voisines, actives tant dans le domaine de l’insertion sociale des jeunes que dans celui la médiation culturelle en menant des partenariats vertueux.
> Favoriser la visibilité des moins de 25 ans en situation d’exclusion, mêlant problématiques liées à l’emploi, la formation, la sociabilité, la famille, le logement, la santé, etc. et imaginer des solutions innovantes pour ces publics avec les institutions partenaires du projet.

À l’issue de Classe Départ, en moyenne 80% des voyageurs connaissent une amélioration de leur situation, du point de vue de l’autonomie dans le logement, la mobilité, la recherche de formation ou d’emploi, l’implication citoyenne.


Ressources

Documentaire France 3

Mot de passe : classedepart4

Ressources

Documentaire TF1

Mot de passe : classedepart3